Souscrire à la newsletter

BB Brunes : « Nos Copines n’ont pas kiffé toutes les chansons »

Les BB Brunes méditent sur le débat d'Eric Besson, Paris 2008 - Photo de Mathieu Zazzo

Les BB Brunes méditent sur le débat d'Eric Besson, Paris 2008 - Photo de Mathieu Zazzo

Un groupe de rock français qui vend 300 000 disques, il n’y en a pas eu des masses ces cinq dernières années. Entre surf sur les acquis et sérieuse remise en cause, les BB Brunes ont préféré la sagesse de la continuité comme ils le justifient ici. Ça n’empêche pas la réussite de « Nico Teen Love » qui comblera les fans, ne convertira pas les détracteurs et qui fait plaisir ici à VoxPop.

BB BRUNES, Paris, Photo de Mathieu Zazzo

BB BRUNES, Paris, Photo de Mathieu Zazzo

Est-ce que ce deuxième album a été aussi difficile que ce que la tradition le prétend ?

Karim Réveillé (batterie) : Pas tant que ça. Il y avait des chansons qu’on avait en réserve depuis deux ans. On a écrit en tournée. Quand on rentrait à Paris, on allait maquetter. On est rentré en studio dans la foulée. Tout est allé vite. On se sentait bien en studio, à l’aise avec nos instruments, on n’a pas eu de blocage. Faut dire qu’on était dans un studio génial, Le Hameau. C’est tout neuf mais on a l’impression qu’il y a déjà du vécu. On s’y sent bien et on y bouffe bien. Je pense qu’on y retournera la prochaine fois, parce que les studios parisiens, franchement…

Bérald Crambes (basse) : Oui, le problème, c’est qu’à Paris il y a toujours la tentation de sortir le soir. Du coup tu arrives le lendemain la tête en vrac. Là c’est génial, tu te réveilles, tu prends ton café et tu pars jouer direct.

Des mauvaises langues ont laissé courir le bruit qu’une première mouture de l’album avait été rejetée par votre maison de disque, vous avez du reprendre votre copie ?

Karim : Non, on a proposé une vingtaine de morceaux dans un premier temps et ils nous ont dit qu’ils avaient besoin de davantage pour faire un choix. On a mélangé plein de morceaux en français et en anglais du coup. Ceux en anglais ne faisaient pas partie de notre sélection initiale. On a retravaillé ces chansons pour les laisser tomber au final et ne garder que celles en français. Je me demande si tout ce cirque c’était pas juste pour nous emmerder, en fait (rires)!

Vous avez sérieusement envisagé d’inclure des chansons en anglais ?

Bérald : Non, on voulait le faire 100% en français mais on avait derrière la tête de sortir après un EP en anglais. L’idée est toujours d’actualité !

Karim : Oui, on compte même retourner en studio en janvier ou février.

On sent qu’il y a une face A et une face B sur ce disque : une première partie calibrée, radio edit, une deuxième partie où vous vous faites plaisir, où on vous trouve coquins…

Karim : Un va sortir l’album en vinyl donc peut-être, oui…

Bérald : C’est sur la deuxième partie qu’on trouve Black & Blue et “Quart d’heure“, c’est vrai ce sont des chansons qu‘on aime particulièrement. « Quart d’heure », particulièrement, on se défoule à la jouer.

Le premier single “Dynamite“ est très radio friendly, c’était votre choix?

Karim : Oui, elle faisait partie des trois titres qu’on a proposé aux radios. C’était celle qui nous le faisait le moins pour un single. Mais bon les radios ont choisi et ça n’a pas aussi bien marché qu’elles espéraient, donc on a sorti La La Love You et là ça marche mieux.

Sur “Dynamite“ vous faîtes encore référence à la vie au lycée, vous vous sentez encore proche de cet univers ou vous vous adressez à votre public “cible“ ?

Bérald : C’est surtout une chanson qui date d’il y a deux ans quand on allait encore en cours. Mais là, c’est sûr qu’on ne vit plus ça.

Ce coté coquin voire franchement érotique de certaines chansons, est-ce que les petites amies ont apprécié?

Karim : Elles n’ont pas trop kiffé même si ce n’était pas une surprise. Mais bon on sent qu’elles ne sont pas très contentes. La plupart des histoires du disque sont fictives quand même, mais c’est notre vie aussi. Ça a beaucoup changé depuis le premier album. On raconte donc un peu ce qui nous arrive et ce qui arrive à nos potes des autres groupes. C’est des histoires qu’on se raconte quand on rentre à Paris ou alors quand on est ensemble en tournée.

Ça arrive souvent qu’après un gros succès comme celui que vous avez connu, on se déconnecte un peu de la réalité. Avez-vous eu peur de ça ?

Karim : Non justement, on sort toujours dans les mêmes endroits. Moi ou Adrien et les autres, on a tous encore les pieds sur terre. Et puis on a vu, il n’a pas peiné à écrire de nouveaux trucs.
Bérald : La seule exception, c’est « La La Love You » qui était originellement écrite en anglais. Adrien a du réécrire la chanson en français sur demande de la maison de disques. À deux jours de la fin de l’enregistrement, il a réécrit ses paroles. C’est marrant d’ailleurs, ce sont les seules paroles heureuses du disque.

BB BRUNES – « LA LA LOVE YOU » (2009)

On s’est beaucoup amusé à aller chercher les plans piqués à droite à gauche chez les Arctic Monkeys, voire chez Mike Oldfield, comment est-ce que vous accueillez ces pompages fréquents quand Adrien arrive avec de nouvelles chansons ?

Karim : Je me souviens surtout de quand il est arrivé avec « Ma Mods » qui pompe le riff de « Lust For Life » (il mime la célèbre rythmique que Iggy Pop et Bowie avaient eux-même piqué aux Supremes, ndlR). Mais bon, il n’y a pas de problème à ça. C’est ce qui fait le charme de l’écriture, on ne va pas faire attention à tout. Sinon, on écoutait beaucoup The Last Shadow Puppets pendant l’enregistrement, les Arctic Monkeys ou Queens Of The Stone Age.

Adrien vient toujours avec des chansons en guitare-voix ?

Karim : Oui. On retravaille souvent beaucoup les chansons en groupe, quitte même à changer un couplet. Il n’y a que sur le texte où l’on ne revient pas trop. On peut refuser une chanson, mais on ne revient pas sur un texte. En plus de ça, je sais très bien que je n’ai aucun talent pour écrire!

Est-ce que la France vous suffit, ou voulez-vous essayer d’exporter votre musique ?

Karim : On aimerait essayer le Japon ou l’Amérique du Sud, ce sont deux marchés possibles. Sinon, on va donc sortir notre EP en anglais et on va tâcher d’aller jouer en Espagne ou en Angleterre. Pour répondre à la question, non la France ne nous suffit pas, on a faim !

Avez-vous eu un blues de la tournée ?

Karim : Ah oui ! Je n’en peux plus de me tordre les pouces. J’ai trop de bons souvenirs : les soirées, les filles, l’alcool… Il y a déjà l’Olympia qui se profile le 10 fevrier. Ça fout un peu les jetons, mais bon…

Attendez, vous avez fait le Zénith qui est beaucoup plus grand !

Bérald : Bah oui, mais c’est beaucoup moins mythique. Le Zénith c’est comme un hangar, c’est moins vivant. Quand j’y suis allé, j’étais un peu dégouté. Dès qu’il n’y a plus de musique, il n’y a plus personne. Au moins, on a foutu le bordel en after dans les loges.

Vous aimeriez faire Bercy, ce coup-ci ?

Karim : Non ! Cinq fois l’Olympia oui ! En plus je choisis les premières parties donc je veux que tous jouent. On voudrait les Brats, les Dodoz, les Kid Bombardos, Music Is Not Fun et Neïmo. J’ai préféré que ce soit des potes à nous qui jouent avec nous plutôt que des groupes locaux. On veut profiter de notre notoriété pour faire écouter les groupes qu’on aime. On en a marre de se retrouver face à des journalistes qui nous racontent qu’on est les derniers rescapés de la scène rock. Ce n’est pas vrai, c’est juste qu’il y a beaucoup de groupes dont on ne parle pas assez.

Oui, mais ces groupes ne jouent plus dans les clubs comme avant, parce qu’ils l’ont trop fait. Il n’y a pas eu non plus de relève et c’est l’effervescence des clubs qui a disparu, non ?

Karim : J’ai aussi l’impression que le public n’est plus dedans. Quand on commençait, les publics étaient enthousiastes, là quand je vais voir des concerts, les gens ont l’air de s’emmerder. Ils restent posés devant la scène avec leur verre…

Bérald : Quand je me rappelle des Rock n’ Roll Friday, c’était une ambiance folle…

Karim : Oui, sauf qu’à la fin, plus personne n’y allait.

C’est le même public, ailleurs en France ?

Karim : Non, Rennes, c’est fou. Lille et Bordeaux aussi. Lyon, c’était moins ça. C’est toujours agréable quand tu arrives dans une ville, que les gens sont à bloc et qu’après ils sont partants pour se foutre une grosse race!

Qu’est-ce qui vous a touché comme déclaration de fans, sorti des déclaration d’amour ou que vous êtes “trop beaux“, bien sûr ?

Karim : Il y a des mecs de 40 piges qui sont venus nous voir et qui nous ont dit : « On venait avec des a prioris, mais quand on vous a vus jouer, on a compris que vous étiez un vrai bon groupe qui tient bien la scène! »

Pensez-vous vous affranchir de votre son BB Brunes à l’avenir, au risque de surprendre, comme les Arctic Monkeys sur “Humbug“ ?

Karim : On aimerait bien. Là, c’est vrai qu’on a juste rajouté des cordes sur certaines chansons, mais on est principalement resté sur notre formule habituelle. Mais pourquoi ne pas ajouter plus de piano, voire un philharmonique? Et pourquoi pas aussi faire un truc complètement bourrin avec de la satu de partout? On ne sait pas.

8 Réponses to “BB Brunes : « Nos Copines n’ont pas kiffé toutes les chansons »”

  1. Mais franchement c’est nul vitre blog: Les BB Brunes c’est nul ,surtout leur blog

  2. Manon dit :

    Moi chui fan des BB Brunes, j’avoue il y a des chansons oser mais sa me choque pas c’est tellement bien jouer & chanter !
    Leurs nouvel album est exeptionnel, les chansons on toutes un style different c’est se que j’aime le plus !
    J’AIME DE TROP LES BB BRUNES !

  3. Manon dit :

    Serieux adeline, tu doit être sourde ou ne pas avoir de goûts pasque les BB Brunes sont trop fort pour les chansons !
    Franchement sa m’enerve trop sque tu dit ! Fait une chanson et critique aprés tss’ –’ !

  4. Manoon dit :

    LES BB BRUNE HIER SOIRES ON DECHIRER !! ET ADRIEN A DIT MES AMOURES CA CA RESTE GRAVER !

  5. Geoffrey dit :

    Une seule me choque dans tout ça, ce sont les photos illustrant cet article où l’on voit les membres du groupe brûler le drapeau français.
    Quel bel exemple donné aux jeunes (la cible privilégiée du groupe) !
    On ne fait pas ce qu’on veut avec un symbole national. Rappelons tout de même que le Code Pénal prévoit depuis 2003 (Article 433-5-1) une peine de six mois d’emprisonnement et 7500 euros d’amende pour tout outrage à l’hymne national ou au drapeau tricolore (tels que la destruction, la détérioration ou l’utilisation de celui-ci de manière dégradante).

  6. Diemetrosexuels dit :

    GENRE ILS ONT DES COPINES CES FIOTTES…meme magloire et vincent mcdoom reunis sont plus vyrils que ces 3 tapettes finies. Serieusement quel groupe de jeunes hommes se reunit et se dit « hey je sais on va monter un groupe, faire de la musique de grosses pedales et vendre ca aux pucelle de 14 ans, ca etre genial… ». N’empeche que la musique de pucelles de 14 ans facon jeune et jolie, il y connaissent un rayon, leur groupe marche super bien : a jurer qu’ils savent ce que ca fait d’etre une gamine explosée par les hormones de 14 ans, et quand ont voit leur tronches de tafioles, on se dit que c’est clair, ils connaissent leur sujet. En attendant je ne comprends pas comment des MECS peuvent se reunir pour chanter et ecrire des trucs aussi cuculs, niais, ecoeurants, ridicules, neuneus, avec des voies d’enormes tapettes et des paroles ecrites par marie therese de 1ere L. BB Brune c’est la preuve vivante que notre epoque est completement a coté de la plaque. Et comme si ca suffisait pas ils sont pistonnés a mort. Normal, en principe avec leur soupe degueulasse, s’ils connaissaient personne ils seraient toujours dans leur g

  7. Diemetrosexuels dit :

    …dans leur garage a se sucer les bites…et ces trois pedales qui crament un drapeau francais…le comble du grotesque…les 3 ptis pédés metrosexuels et leur musique de pouffe de 14 ans se la jouent rebelle…allez retournez dans vos cafés huppés faire les beaux a paris bande de tafioles metrosexuelles! On dirait que ces tafioles ont honte d’etre des hommes…zont qua se faire couper les couilles et mettre des peruques, ca changerait pas grand chose. La seule chose qui me rassure, c’est que c’est exactement le genre de groupe qui a une activité qui ne depasse pas 3 ans et qui s’oublie aussi vite qu’il est arrivé.

  8. Diemetrosexuels dit :

    exemple typique de l afan de ce genre de merde : Manon dit :
    24 avril 2010 à 18 h 04 min

    Moi chui fan des BB Brunes, j’avoue il y a des chansons oser mais sa me choque pas c’est tellement bien jouer & chanter !
    Leurs nouvel album est exeptionnel, les chansons on toutes un style different c’est se que j’aime le plus !
    J’AIME DE TROP LES BB BRUNES !

    Voila, 14 ans pas plus!! Alors quand je vois les trois chantales goyas en train de cramer un drapeau pour faire les durs, j’ai juste envie d’exploser de rire et de leur peter la machoire un par un. Pedales parisiennes, aller vous faire enculer par babybel dans des caves du 16eme et arretez de vous prendre pour ce que vous etes pas. Faites vous pousser une paire et soyez fiers d’etre des hommes tafioles pretentieuses sans aucun talent!!

Laissez une Réponse