Souscrire à la newsletter

THE LAST SHADOW PUPPETS « c’est un truc de morveux de voir les choses en aussi grand !“

The Last Shadow Puppets, Paris 2008 © Samuel Kirszenbaum

The Last Shadow Puppets, Paris 2008 © Samuel Kirszenbaum

Le début des aventures discographiques des Last Shadow Puppets a tout d’une chevauchée fantastique. Récit par les intéressés.

Alex Turner est chanteur, guitariste et songwriter des Arctic Monkeys. Sa première collaboration avec Miles Kane a eu lieu sur la chanson “505“ figurant sur le dernier album en date des Arctic Monkeys Favorite Worst Nightmare

Arctic Monkeys – 505 – Live at Later With Jools Holland (2007)

Miles Kane est chanteur, guitariste et songwriter de The Rascals, leurs disques ne sont sortis qu’en Angleterre sur Deltasonic.

The Rascals – Suspicious Wit – 2007

LA RENCONTRE

Miles Kane : C’était en tournée, j’étais encore avec The Little Flames. C’était il y a trois ans. Il y avait des bonbons Haribo partout. On a vu qu’on avait beaucoup de goûts en commun. Les fraises bien sûr, mais aussi les œufs et les jellybabies. On a ensuite beaucoup joué au cricket mais avec une raquette de tennis, c’est plus facile. Bref on est vite devenus amis, mais ça a pris un an et demi pour qu’on commence à se chanter des airs l’un à l’autre et ensuite composer ensemble. On est vraiment copains comme cochons. Demandez à d’autres, on est inséparables dès l’instant où on se retrouve au même endroit.

Alex Turner: Last Shadow Puppets, c’est vraiment nous deux qui écrivons ensemble. Il doit y avoir 13 ou 14 chansons en tout. J’espère qu’on en fera plus. C’est un processus tellement excitant. On aurait grandi dans la même ville, on aurait sûrement monté notre groupe dès le départ.

M.K. : Quand l’un et l’autre avions un week-end de libre on se réunissait. Lui venait à Liverpool, ou j’allais à Sheffield. Autant lui que moi, nous nous sentons à l’aise dans ces deux villes. Nos mamans se ressemblent ! Elles sont bienveillantes et nos maisons sont quasiment identiques. On est tout les deux pas mal accaparés par nos groupes respectifs. Mais on s’est vite décidés en se disant : « C’est assez courant de faire un projet parallèle de son groupe vers la trentaine mais c’est encore mieux de le faire alors qu’on est encore assez jeunes ». Notre approche sombre des paroles a un goût particulier du fait de notre jeunesse. Et puis c’est encore un truc de morveux de voir les choses en aussi grand : chanter quasiment toutes les chansons soit en duo permanent, soit en se répondant, soit en chantant en harmonie ce qui donne une autre dimension.

The Last Shadow Puppets : « Standing Next To Me“

INSPIRATIONS…

M.K. : On avait envie de musique à la Scott Walker et toute sa dramaturgie. On a été aussi marqués par l’écoute d’une anthologie de David Axelrod. On n’arrêtait pas d’écouter sa chanson “The Fly“ (ils chantent en chœur comme s’ils se trouvaient dans un pub à l’heure de la fermeture). Quand on faisait un concert ensemble (Alex et Miles ont partagé beaucoup d’affiches avec leurs groupes respectifs, Arctic Monkeys et The Rascals, ndlA), on se chantait ça pour s’encourager.

Scott Walker – Abraham –

A.T. : Miles me passait souvent ces disques. Personne, sinon nous, n’aurait l’idée de faire ça aujourd’hui. On en discutait et nous nous rendions compte que nous voulions aller dans ce sens en écrivant pour nos groupes mais qu’il nous faudrait un projet différent pour nous adonner totalement à ce style. On avait tout les deux cette envie de faire ce genre de chansons donc plutôt que de faire ça chacun de notre côté, ça semblait plus logique de nous mettre ensemble.

M.K. : Écrire a été très facile dès le départ. On n’avait pas de pression. On n’avait pas à se préoccuper de comment le groupe allait arranger ces chansons. C’était juste pour nous, donc il n’y avait pas d’échéance. On écrivait les chansons. Les mecs de Domino sont venus nous voir pour nous demander si ça nous disait d’enregistrer. James (Ford, ndlA) était sur le coup et a tout de suite dit : « Il y a ce studio en France où ce serait super de faire ça ». Voilà, arrivé là-bas c’était juste le plaisir de deux potes à jouer les chansons qu’ils ont écrites.

Propos recueillis par Jean-Vic Chapus et Benjamin Durand (mars 2008)

Laissez une Réponse