Souscrire à la newsletter

These New Puritans: « Ce qui m’agace le plus c’est cette adoration pour Barack Obama »

These New Puritans a une bonne blague à vous raconter: "Alors, c'est l'histoire d'un mec qui se suicide..."

These New Puritans a une bonne blague à vous raconter: "Alors, c'est l'histoire d'un mec qui se suicide..."

Une tête devant « La Reproduction » d’Arnaud Fleurent-Didier, « Hidden », deuxième album des Anglais sévères de These New Puritans, sonne, en toute subjectivité, comme le premier choc sonique de la décennie. Rencontre et discours de la méthode punk avec un groupe que vous aimerez haïr.


« Les réactions que nous avons glanées jusqu’ici au sujet de notre album « Hidden » sont bonnes. Elles sont exactement ce que nous attendions. Les gens intelligents trouvent ce disque parfait et les abrutis, ceux qui ne se sont jamais remis des formats rock classiques, le détestent. Pour eux c’est le pire disque du monde. Autant vous dire que cela nous plaît ! »

Les frères jumeaux Jack et George Barnett valent plus que leur image fashion (George Barnett a été mannequin pour Dior, les magazines ID et Dazed And Confused les aiment beaucoup).

Déjà, ces gens-là parlent comme des être humains. Pas comme des robots rompus à l’exercice de la promotion. Pas comme des branchés abrutis par la coke et les soirées d’ennui entre les murs d’une galerie d’art contemporain londonienne. Parfois ils ponctuent leurs phrases de silences, d’hésitations. Pas exactement des « bons clients » pour employer le jargon de la presse.

THESE NEW PURITANS « Elvis »

« Il fallait qu’un jour on se remette à concevoir des albums en tant que tel. Depuis quelque temps l’idée d’une narration cohérente dans un disque s’est perdue en route. À croire que la génération iPod a tout fait voler en éclats: aujourd’hui l’idée d’écouter un disque du premier titre jusqu’au dernier est devenu la chose la moins cool du monde. Ce qui te demande du temps ou de la réflexion c’est forcément un aveu de ta propre faiblesse ! »

These New Puritans vient de Southend-On-Sea en Angleterre, comme The Horrors, ou les braves losers de Neils Children.

Southend-On-Sea, une station balnéaire de l’Essex où, entre deux tours de montagnes russes, il fait bon s’ennuyer. On ne sait pas par quel miracle, cette ville pépère a donné naissance aux attaques soniques parmi les plus radicales.

Au sein de sa génération rock These New Puritans se comporte comme un mutin. Ni dieu, ni maître, ni potes. Le graphisme des pochettes fait dans le cryptique. Le discours franchement horripilant d’arrogance. Et pourtant quelque chose, on ne sait pas quoi, nous dit que les frères Barnett sont des braves gusses. Déjà ils tentent de s’extraire de la masse, et, O.K., cela pourrait sonner adolescent comme attitude, mais pourquoi pas. Dans une vieille interview le groupe avoue une passion totale pour le crew rap du Wu Tang Clan, alors que le sésame pour figurer en pages intérieures du NME consiste à citer The Clash, The Smiths, Joy Division. George Barnett, d’une voix glaçante: « Nous n’avons rien à voir avec ces groupes comme The Horrors. Ils sont seulement distrayants. Nous n’avons rien à voir avec eux car nous refusons d’être une de ces formations pop justifiant son succès par des poses indie. L’indie c’est mort et, bof, le rock ne veut plus dire grand-chose »

Pages: 1 2 3 4

13 Réponses to “These New Puritans: « Ce qui m’agace le plus c’est cette adoration pour Barack Obama »”

  1. Laurent Blot dit :

    La musique est cool mais c’est un sacré blaireau ce type.
    Il ferait mieux de pas donner d’interview.

  2. jean-guy dit :

    j’en sais rien, mais qu’est-ce qu’elle cool cette musique !!

  3. Paul dit :

    @ Laurent Blot: « c’est un sacré blaireau ce type »: sur quoi vous basez-vous? Jack Barnett
    est très jeune et vient de produire avec des New Puritans visionnaires un disque d’une grande beauté, qui fait aisément passer tous les minets de la scène parisienne pour de parfaits pitres sans culture. Je partage tout à fait son point de vue sur Obama et l’impasse dans laquelle se trouvent les groupes de rock « indie ».

  4. Laurent Blot dit :

    Je me base sur l’interview.
    Ce type parle comme l’ado rebel en classe de 1ère L.
    Quand on subit l’influence de PIL, de Warp, et de Dépêche mode, on s’abstient de cracher sur le « passé ».
    Gros bisou Paul !

  5. Gaël - Sfar dit :

    Oser comparer cette merde à l’album de Liars c’est gonflé

  6. Franchement, vous avez raison, je devrais être foutu en taule et roué de coups pour ça.

  7. Laurent Blot dit :

    Un bisou sur les aisselles de Magloire et de Vincent Mc Doom ça suffira.
    Eh sinon, je veux bien une interview de Spoon !

  8. Caroline dit :

    Laurent Blot est assez vulgaire. « Eldia » ressemble à une marque de supermarché. Mauvais gout… Le groupe ne subit pas l’influence de « Dépêche » mode, rien à voir. TNPS et Liars sont d’aussi bons musiciens. C’est fou la suffisance avec laquelle des gens comme Gael se permettent de juger… ce qui les dépassent.. de très loin.

  9. Laurent blot dit :

    J’aimerais tant pouvoir taper Caroline sur google et pouvoir faire des vannes sur ta vie, mais je n’ai pas ton nom de famille, c’est dommage !
    Sinon, je tiens juste à citer mon premier com « la musique est cool », car oui, un type peut faire de la bonne musique et raconter de la merde, et c’est le cas de ce type.

  10. Maxime Chamoux dit :

    Les attaques perso sur le site, on oublie, madame Caroline. C’est la dernière fois.

  11. [...] Interview (façon nouveau genre, sans questions, sans réponses mais on se fait quand même une idée des deux frérots) [...]

  12. sarah dit :

    Fabuleux c hypnotisant tout est en armonie et juste ce qu’il faut d’agressivitée et je pense que c jeunes gens ont tout compri il créé le buzz avec cette attitude rebelle ce n’est pas que de l’arrogance stupide c du bon calcul sans commentaire j’adore!

  13. Vasif dit :

    Ce n’est pas l’avocat qui a mis sa famille en dagenr mais le gouvernement iranien. Il n’a fait que son travail et son devoir. On peut difficilement de9fendre ses clients en restant cache9.Et les re9volutions sanglantes, autrements dites guerres civiles , n’aboutissent qu’e0 une escalade de violence, comme c’est arrive9 en France of9 la re9volution a e9te9 suivie de la terreur, puis de l’e9puration, l’empire napole9onien, le retour e0 la monarchie et encore divers changements avant d’arriver e0 la de9mocratie. Les ide9es perdurent bien plus que les actes.Quant aux e9trangers , ils re9gleraient le proble8me tre8s facilement en s’attaquant e0 ce qui fait le plus mal : le portefeuille. En menae7ant de rompre les relations commerciales avec l’Iran, l’Union Europe9enne pourrait facilement obtenir des avance9es en matie8re de droits de l’homme.

Laissez une Réponse