Souscrire à la newsletter

DISCOGRAPHIE IDEALE (1994-2008)

En marge de leur concert évènement du 12 juin à Paris, retour sur le parcours singulier du plus attachant des combos brit pop.
I Should Coco (Mai 1995)

I Should Coco

Le premier album de Supergrass les fait entrer de plein pied dans le joyeux cirque de la britpop anglaise dans années 90. Tout commence en 1992. Gaz Coombes, âgé de 16 ans, joue de la guitare aux côtés du batteur Danny Goffey, à peine majeur, au sein de The Jennifers. Ils sortent un premier single, « Just Got Back Today… » et splittent. Supergrass ne voit le jour officiellement qu’en février 1993, avec l’arrivée de Mick Quinn à la basse. Rob Coombes, grand frère de Gaz, y officie en tant que clavier, mais ne deviendra membre officiel qu’en 2002.
Mais revenons à I Should Coco, et surtout à son premier single, « Caught By The Fuzz ». L’histoire est connue : les textes parlent d’un ami du groupe, arrêté en possession de cocaïne et conduit au commissariat. D’abord sorti sur le label indé Backbeat Records, il est rapidement ressorti, par Parlophone cette fois-ci, après que les 250 copies éditées soient parties comme des petits pains. Un succès du en grande partie au défunt John Peel, qui diffusa le titre dans son émission sur Radio One. Désormais soutenus par un gros label et par les plus gros médias (single de la semaine dans le NME et le Melody Maker, une prouesse), rien ne semble pouvoir arrêter l’incroyable percée du groupe. L’album, se hisse dés sa sortie à la première place, et s’écoule à près d’un million d’exemplaires dans le monde, dont la moitié en Grande-Bretagne. Au total, 6 singles en seront extraits, le dernier étant Alright, gentille balade pop que le groupe renie aujourd’hui. Une question cependant : que signifie I Should Coco ? Cela aurait un rapport avec le Café Coco sur Coxley Road, à Oxford, un endroit où le groupe traînait souvent.

CAUGHT BY THE FUZZ (Clip)

,In It For The Money (Avril 1997)

In It For The Money

Désormais figure de proue du mouvement britpop, au même titre qu’Elastica ou Blur, le quatuor part sur la route durant 18 mois avant de retrouver le chemin des studios et plancher sur leur deuxième album. Moins pop, plus violent dans le son (un choix qui sera critiqué par certains), les frères Coombes, Quinn et Goffey ne se content pas de refaire I Should Coco, mais tiennent au contraire à dévoiler l’étendue de leur talent. Plusieurs mois avant la sortie du disque, à la fin de l’année 1996, ils publient Going Out. Pas vraiment une rupture par rapport au précédent, mais une vague indication de ce que sera l’album. Le succès est au rendez-vous : numéro 5 des charts anglais avec plus de 100,000 copies vendues. In It For The Money (magnifique titre), produit par le groupe et John Cornfield (Ride, The Stone Roses), sera disque de platine. Un succès commercial autant que critique, mais qui s’essoufflera quelque peu. Si Richard III, l’un de leurs plus grands tubes, atteindra la deuxième place des charts, les singles suivants resteront hors du top 10. Une chute toute relative bien sûr, mais qui annonce quelque peu l’insuccès du suivant.

LATE IN THE DAY (Clip)

,Supergrass (Septembre 1999)

Supergrass

L’extraordinaire single « Pumping Your Stereo » précède la sortie du troisième album éponyme du groupe. Par la suite, les fans nommeront ce disque le X-Ray Album, rapport à la pochette montrant une radio du visage de Gaz Coombes, Danny Goffey et Mick Quinn. Une fois de plus enregistré aux Sawmills Studios avec John Cornfield à la production. Avec des titres comme Mary ou Moving, il s’agit là de leur album le plus aventureux, ce qui explique en partie son semi-échec. Bien que les singles continuent de cartonner dans les charts, une remise en question est nécessaire, et Supergrass, en sortant de la tournée, entame la plus longue période d’absence de sa carrière. Eux qui avant rentraient en studio le plus vite possible ne donneront de nouvelles discographique que trois ans plus tard.

MOVING (Clip)

,Life On Other Planets (Septembre 2002)

Life On Other Planets

Une attente salvatrice, de toute évidence. Tout d’abord avec l’introduction de Rob Coombes comme membre à part entière et non plus comme claviériste d’accompagnement. Alors qu’auparavant les morceaux étaient crédités Supergrass And Rob Coombes, seul le nom du groupe apparaît désormais. La critique, qui avait quelque peu lâché le groupe à la sortie du troisième album, leur ouvre de nouveau les bras. Sur la bible allmusic.com, on peut lire que « Supergrass fait de la terre un plus bel endroit ». De quoi redonner le sourire à des musiciens craignant de rejoindre la longue liste des gloires oubliées de la vague Cool Britannia. Life On Other Planets n’atteindra que la 9ème place des charts anglais, mais finira cependant par devenir disque d’or, de même que le Best Of Supergrass Is 10, sorti en juin 2004 pour fêter comme il se doit une décennie consacrée à la pop et au rock. Agrémentée de trois titres inédits, cette compilation clôt un chapitre de l’épopée Supergrass, avant que Road To Rouen ne vienne en ouvrir un nouveau.

GRACE (Clip)

,Road To Rouen (Août 2005)

Road To Rouen

Les fans qui se plaignaient de la noirceur de certains titres d’In It For The Money ont sans doute totalement abandonné l’affaire avec ce cinquième album. Durant l’enregistrement, les frères Coombes perdirent leur mère, ce qui explique la tristesse qui émane de titres comme St Petersburg ou Low C, deux des plus beaux morceaux jamais composés par le groupe. Malheureusement, le public n’adhérera pas plus à ces deux singles (22ème place dans les tops anglais pour le premier, le second n’atteindra pas le top 40) qu’au troisième, Fin (il est vrai sorti uniquement en vinyle et en digital). L’album, lui, atteignit la 9ème place des charts, et devint péniblement disque d’argent. Le plus gros échec commercial du groupe, sans aucun doute. Peut-être une de ses plus belles réussites artistiques cependant, avec des morceaux de bravoure comme Tales Of Endurance, et les titres précédemment cités. Gaz Coombes vivra, à juste titre, l’échec de Road To Rouen (ils ont investi un studio d’enregistrement en Normandie) comme une injustice.

LOW C (Clip)

,Diamond Hoo Ha (Mars 2008)

Diamon Hoo Ha

Supergrass enregistre son sixième album à Berlin et New York, entre janvier et novembre 2007. Alors que les sessions d’enregistrement se déroulent comme prévu, un drame survient dans l’existence du groupe. Au mois de septembre, Mick Quinn, passe par la fenêtre du premier étage de sa maison en France lors d’une crise de somnambulisme. Bilan : deux vertèbres cassées, et l’impossibilité totale de se joindre au groupe pour la tournée qui se prépare. Pas grave, Gaz et Danny décident de partir quand même, sous forme de duo, jouant sous le nom des Diamond Hoo Ha Men dans des clubs anglais. Pour la véritable tournée, le groupe enrôle un autre frère Coombes, Charly, à la basse. Plus jeune de la fratrie, il fit partie des éphémères 22-20’s. Le retour de Quinn ne marque pas pour autant son départ, puisqu’il reste en tant que second guitariste. De nouveau sur les rails, Supergrass sort Diamond Hoo Ha Man, titre d’ouverture de Diamond Hoo Ha (vous suivez ?), en single. Les fans se réjouissent de voir le groupe revenir au son rock des débuts, ce que vient confirmer Bad Blood, deuxième extrait, en mars. Une gigantesque tournée se prépare, en Angleterre et aux Etats-Unis, avec les Foo Fighters. Un passage en France n’est pas encore à l’ordre du jour. L’album, lui, s’éloigne de la mélancolie du précédent pour revenir à un son plus direct. Et même si Gaz Coombes affirme que « la joie, l’intensité et les mélodies ont toujours été primordiales pour nous, et le sont encore. », l’album souffre néanmoins d’une carence en mélodie assez embêtante pour un groupe qui a tout de même signé certaines des plus belles pop songs des années 90.

DIAMOND HOO HA MAN (Clip)

Laissez une Réponse